Vous êtes ici : Accueil > Le Lycée > Présentation > L’histoire du lycée

L’histoire du lycée

 

BRÈVE HISTOIRE DE LA LONGUE VIE

DU COLLÈGE - LYCÉE "JOSEPH DESFONTAINES"

1 6 2 3

Joseph DESFONTAINES, avocat au parlement de Paris, protestant convaincu, meurt en sa ville de Melle et lègue, par testament, tous ses biens "pour que soit fondé en sa maison de Melle, un Collège pour instruire la jeunesse".

1 6 2 7

Ouverture du premier Collège en la vaste demeure du donateur dont les bâtiments sont délimités par l’actuelle rue Desfontaines, la rue Raffinière, la rue des Promenades et l’avenue du Commandant Bernier (ancienne rue des Epingliers). De ce Collège primitif ne reste que la tour à horloge qui dominait l’appartement du Principal et qui a rythmé les heures des premiers collègiens.
1er Principal : Jean Gauthier (1627-1646)

Elu par l’assemblée des habitants, ainsi que son régent (adjoint). L’un devait être protestant, l’autre catholique selon le voeu de JOSEPH DESFONTAINES. L’un enseignait le latin, l’autre la langue française et l’arithmétique, ils se partageaient l’instruction religieuse et biblique.

Les premiers élèves furent de jeunes protestants mais aucune interdiction n’est faite aux autres. Les pauvres sont instruits et entretenus gratuitement.

1 6 4 6

Projets d’agrandissement : on compte 60 élèves dont 30 internes. Cette prospérité est due aux qualités de Monsieur Jean Pavillon : Principal de 1646 à 1665. "Il maintient une bonne discipline, source de fortes études et put, chaque année envoyer à l’Université de Poitiers des élèves qui s’y distinguèrent par leur succès", affirment les édiles municipaux de l’époque.

1665 - 1785

Période troublée par des querelles entre catholiques et protestants, entre les Principaux et le Maire, entre le Maire et les autorités judiciaires chargées de veiller à la bonne exécution des clauses testamentaires. Le Collège se maintient néanmoins.

1 7 8 5

Il faut attendre l’élection d’un jeune Principal : Gabriel Moreau (1785-1821) pour que le Collège retrouve une belle vitesse de croisière malgré les profonds bouleversements de la Nation. Monsieur MOREAU assure magnifiquement la transition entre l’ancien et le nouveau régime : alors que tous les Collèges sont supprimés ou remplacés par des Ecoles Centrales, "le Collège du citoyen MOREAU", homme instruit aux moeurs douces est maintenu. Mais les biens du fondateur sont confisqués. Ce sont les communes qui doivent prendre en charge financièrement les établissements.

1 8 0 2

"L’Ecole du citoyen MOREAU est érigée en Ecole Secondaire", signé : BONAPARTE.

1 8 0 5

40 pensionnaires, 20 externes.
Enseignement : latin, français, arithmétique, géographie, cosmographie, planimétrie, histoire et mythologie. Des leçons de danse et de violon (à la charge des familles) sont également données (voir le prospectus du pensionnat de l’Ecole Secondaire de Melle, 1er règlement intérieur).

1805 - 1821

Période sombre : l’âge avancé du Principal, les bouleversements politiques, l’état de vétusté des locaux entraînent une chute des effectifs. En 1821 il n’y a plus que 10 élèves !

1821 - 1845

Sous la direction des successeurs de Mr MOREAU, grâce à une aide financière importante de la ville qui consacre la moitié de son revenu au Collège, grâce à la volonté des habitants, les effectifs remontent.

1 8 4 2

Le Conseil Municipal décide d’acheter la maison Delaubier, rue des Huileries. Le Maire fait un don personnel de 6 000 F pour aider à l’acquisition.

1 8 4 5

1ère rentrée rue des Huileries.

1 8 4 8

Une Ecole Primaire Supérieure est annexée au Collège. On agrandit les locaux.

1850 - 1875

Principalat de Monsieur Wibaux. On introduit l’étude du grec.

1 8 5 6

Création de cours spéciaux d’agriculture.

1 8 6 5

Le Collège est en pleine expension : 70 élèves inscrits.

1 8 8 0

Création d’une bibliothèque au Collège.

1 8 8 6

L’Ecole Primaire quitte le Collège et s’installe rue de Paille (rue Jules ferry) restauration, agrandissement des locaux, installation de l’horloge. Aussi le temps à Melle devrait-il être rythmé par les horloges des deux premiers collèges. Mais... le temps s’est arrêté.

1890 - 1914

Tout fonctionne très bien presque jusqu’à la guerre de 1914. Dans les mêmes locaux qui s’étaient agrandis, l’Ecole Primaire Supérieure donne une formation plus pratique et courte, le Collège assure avec succès l’enseignement classique jusqu’au baccalauréat : outre les disciplines scientifiques et littéraires on y enseigne l’allemand, l’anglais, la musique, le chant et le dessin. Mais insidieusement le succès de l’Ecole Primaire Supérieure va grignoter petit à petit les effectifs du Collège.

1 9 1 9

Suppression du 2ème cycle de Collège.

1 9 2 6

De lourdes menaces pèsent sur l’avenir de l’Ecole Primaire Supérieure : le 14 octobre, le Ministre invite l’administration départementale à créer un cours complémentaire à 2 ans.

1 9 2 7

Le Conseil Municipal et les habitants se mobilisent avec vigueur et succès, l’Ecole Primaire Supérieure est maintenue. Les filles entrent à l’Ecole Primaire Supérieure, ce qui va augmenter les effectifs. A partir de cette date le Mellois ne cesseront d’agir pour le rétablissement de Collège d’Enseignement Secondaire. Ce qui fut fait en 1938.

1 9 3 8

Ouverture de cours secondaires annexés à l’Ecole Primaire Supérieure.

1 9 4 1

Disparition de l’Ecole Primaire Supérieure, restauration définitive du Collège, sous le principalat de Monsieur Poupaud. A la rentrée 1941 : 38 élèves sont inscrits en 6ème, 16 en section classique et 22 en section moderne.

1 9 4 2

Monsieur Auzemery est nommé Principal.

1 9 4 3

Ouverture d’une classe de Seconde.

1 9 4 4

Ouverture d’une classe de Première.

1 9 4 6

Le 16 février, le Conseil Municipal de Melle émet le voeu que le Collège de Melle porte désormais le nom de son fondateur : "Joseph DESFONTAINES" et qu’il devienne Collège Classique.

1 9 4 7

Ouverture de la classe de philosophie. Au départ de MONSIEUR AUZEMERY qui fut un Principal de grande compétence, omniprésent dans tous les domaines. Le Collège compte 250 élèves dont 45 internes garçons. Sa réputation n’est plus à faire et les résultats au baccalauréat sont exceptionnels.

1 9 5 0

Nomination de Monsieur Robert, homme d’un grand respect de l’autre et d’une grande humanité. Sous son principalat de grandes transformations vont voir le jour. Avant de prendre sa retraite en 1959, il posera la première pierre du nouveau Collège qui sera achevé en 1961.

1 9 6 1

Le Collège Classique et Moderne devient "le Lycée Mixte Nationalisé Classique et Moderne", il accueille 487 élèves dont 52 internes garçons et 52 internes filles.

1 9 6 2

Nomination de Monsieur Potiron qui arrive de Batna (Algérie) à qui revient la charge d’organiser le grand Lycée. Grâce à son audacieux dynamisme, se construit le gymnase, le bassin de natation couvert et chauffé.

1963

Madame et Monsieur PASQUET sont nommés surveillants généraux. Pendant près de 30 ans, ils marqueront des générations d’élèves sensibles à leur bienveillance, à leur dévouement et à leur dynamisme au sein du Foyer Socio-Educatif.

MAI 1968

Le vent de la liberté souffle sur le Lycée...

JUIN 1968

Départ de Monsieur POTIRON. Le Lycée compte 942 élèves et le corps professoral est passé de 23 à 48 professeurs.

SEPT. 1968

Nomination de Monsieur Blanck. Tous ceux qui l’ont connu se rappellent sa présence attentive et courtoise, son efficacité dans la gestion bénéfique des effectifs des lycéens qui ne cessent de s’accroître.
Effectifs à la rentrée 1973 : 1 100 élèves. On décide de construire un Collège pour le 1er cycle, chemin du Pinier.

1 9 7 4

Séparation du Collège et du Lycée. Création au Lycée d’une classe de 1ère G (section Technique), suivie de la création d’une classe de Tle G1 à la rentrée 1975. Le Lycée devient "Lycée Polyvalent Nationalisé Mixte".

1981 - 1983

Nomination de Monsieur Decaen, déjà Censeur depuis 2 ans au Lycée, comme Proviseur. Travailleur rigoureux et infatigable, homme d’une grande dignité, il contribue au rayonnement du Lycée de façon exceptionnelle.

1983 - 1990

Monsieur Félicité Zulma : Le Lycée prévu pour 600 élèves a dépassé, encore une fois sa capacité d’accueil : 853 élèves. M. FELICITE ZULMA entame avec la région le processus de restructuration et d’agrandissement du Lycée qui devient : "Lycée Polyvalent Régional". Création des sections Techniques G2 à la rentrée 1986 et G3 à la rentrée 1987.

1 9 9 0

Monsieur Serres : La rentrée de 1990 a lieu dans le bruit des marteaux-piqueurs et des machines. Le self accueille les élèves in extrémis. Dure année pour Monsieur le Proviseur et Monsieur SUREAU, le Gestionnaire !

1991 - 1995

1991 : Tout est achevé. L’internat s’installe dans les nouveaux locaux magnifiquement équipés. Il est aménagé en "petites chambres" dans le vieux Lycée rénové. Effectifs : 735 élèves dont 118 internes.

1992 : Ouverture de deux options : Technologie des Systèmes Automatisés pour un bac scientifique "Technologie Industrielle" et "Informatique et Electronique en Sciences Physiques". Installation de deux antennes paraboliques

1994 : Le Lycée devient "Général et Technologique".

Ouverture d’un Espace Langues qui fait entrer les technologies nouvelles dans l’enseignement des Langues vivantes. Le Lycée fête le 25ème anniversaire de l’échange franco-allemand melle-melle.

100 % de réussite au Baccalauréat pour les 13 élèves de la 1ère promotion des Tle S Technologie Industrielle qui obtiennent 10 mentions dont 2 Très Bien avec Félicitations du Jury.

1995 - 1997

Le Lycée a retrouvé une stabilité des personnels d’encadrement (Proviseur Adjoint et C.P.E.). Il s’oriente résolument vers l’utilisation des technologies nouvelles d’information et de communication : espace multi-média du CDI, et engage la mise en réseau des bases documentaires sur Internet, (avec les Lycées Desfontaines et Bujault de Melle, J.F. Cail de Chef-Boutonne, l’Institut Rural Mixte de Brioux-sur-Boutonne, la Bibliothèque Municipale de Melle et le Centre de Ressources Economiques du Pays Mellois).
L’ouverture sur le Monde s’élargit : Echange d’élèves avec le Lycée d’HATEG en Roumanie, Appariements avec le Lycée de GILLINGHAM en Angleterre et enfin avec le Lycée Tarik Ibn Ziyad d’AZROU au Maroc.

PERSPECTIVES DE L’AN 2000 Respecter une qualité humaine, animer un présent, inventer un avenir, redonner un espoir, susciter une curiosité, intensifier une ouverture sur l’Europe et le Monde en instaurant des partenariats pédagogiques et culturels avec les établissements appariés.

2000 - 2004

Proviseur : Mme MOUSSET Elisabeth

2004 - 2007

Proviseur : M. BAUDEMONT Claude

2007-2011

Proviseur : M. SUIRE Dominique

2011-2012

Proviseur : Mr TROUVE Patrick

2012-2013

Proviseur : Mme FRESNEAU Evelyne

 

CONCLUSION

Quand on survole l’histoire du Collège - Lycée de Melle, on est frappé par le long compagnonnage entre les édiles municipaux et les administrateurs responsables du Collège - Lycée, par leur commune volonté de promouvoir cet établissement. En effet, il a franchi les siècles, à travers la longue sinusoïde des périodes prospères et des périodes plus sombres sans cesser de dispenser ses "lumières".

Il faut peut-être l’avoir quitté un jour, pour en apprécier (comme le disent tant d’anciens élèves et professeurs) ce je ne sais quoi qui s’appelle liberté, convivialité, tolérance et qui constitue l’esprit du Lycée Joseph Desfontaines.

Ajoutons-y un brin d’imagination, un zeste d’esprit critique, une dose de parole libérée (qualités qui s’expriment lors des fêtes annuelles du Lycée) et nous aurons peut-être cerné ce qui en fait son originale richesse. Mais aucune réussite n’est acquise une fois pour toutes. Pour que le lycée puisse franchir le cap de son avenir, il faut impérativement, par une vigilance accrue, lutter contre les scléroses, les individualismes, les conservatismes, et tout esprit de lourdeur. Il faut un regard prospectif pour saisir dans l’enthousiasme tout ce qui peut préparer une nouvelle société "capable de composer avec la diversité des cultures, des mémoires et des identités".

C’est cet esprit de modernité qui fut, en son temps, celui de Joseph Desfontaines, son fondateur.


Gisèle Frérebeau, Professeur de Lettres.

Références bibliographiques : "Histoire du Lycée de Melle" Gilles POTIRON,
"Histoire de Melle" Emilien TRAVER.